Expo & livre "Regards d’artistes sur la géologie de la Presqu’île de Crozon" du 21 mai au 1er décembre

Pique-nique et tri !

publié le 20 septembre 2007, par Armel Ménez, Muriel Cléaud

Au cours de l’année, la Maison des Minéraux reçoit des établissements scolaires (collèges, lycée) à la journée pour des activités pédagogiques sur la géologie de la presqu’île de Crozon. Les élèves, les professeurs sont encadrés, accompagnés par des animateurs de la structure.

Lors de la pause déjeuner, nous nous sommes rendus compte que le tri des déchets n’était pas forcement une préoccupation, une priorité, quelque chose de facile à mettre en oeuvre. Hors, nous pensons qu’il est dans notre devoir et notre intérêt commun d’utiliser ces moments pour sensibiliser et informer le public sur cette problématique environnementale. Nous avons donc souhaité améliorer, renforcer nos actions dans ce domaine.

Le tri, pas facile lors d’un pique-nique !

Il n’y a pas vraiment de pique-nique "type". Le panier repas est soit préparé par l’établissement (panier individuel ou repas collectif) soit par l’élève. Dans les deux cas de figures, le pique-nique est générateur de déchets. Les emballages utilisés sont pour la plupart non recyclables. Il faut donc aussi s’interroger sur la réduction des déchets (emballages) à la source. Le choix des portions individuelles provoque un accroissement considérable du volume des déchets ! Nous sommes bien conscients que les aspects sanitaires, notamment les règles d’hygiène en matière de nourriture, sont à prendre en considération.

La politique de tri n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire breton. Chaque communauté de communes opte pour un système particulier en fonction de ses propres contraintes territoriales. Les établissements que nous accueillons viennent de toute la Bretagne, les élèves ne sont donc pas forcement au fait de la méthode locale de tri sélectif.

On ressent par ailleurs un problème de comportement individuel de deux ordres. On peut trier à la maison... mais en dehors de ce contexte on oublie ses bonnes habitudes. Notons aussi, l’effet de groupe : un individu dans un groupe ne se comporte pas de la même manière que lorsqu’il est seul !

Citons également, le problème du "sur-tri". Dans la volonté de bien-faire, et par manque d’information, l’élève a tendance à jeter tous les emballages plastiques dans la "poubelle jaune". Hors, nous le savons, tous les types de plastiques ne sont pas (pour encore ?) recyclables. D’une manière générale il y a beaucoup de confusion autour des sigles "emballage recyclé" et "emballage recyclable".

Les outils existants, fiches explicatives, affiches réalisées pour le tri global, ne sont suffisamment explicites dans le cadre de cette activité. Le pique-nique génère des déchets qui ne figurent pas sur ces pictogrammes, ces photographies. L’absence d’informations déroute donc l’usager.

N’oublions pas non plus une certaine mauvaise volonté, un désintéressement liés au fait que les élèves ne se sentent pas impliqués, concernés. Pas de compréhension des enjeux, de l’importance de leur geste. Ces moments de pique-nique doivent être un cas concret, un moment de cohérence propice à l’application des principes du développement durable enseignés dans les programmes scolaires !

Comment faire maigrir la poubelle ?

Nous imaginons que d’autres structures, d’autres études faites à d’autres échelles, avec d’autres publics doivent aboutir aux mêmes constats. Il est donc dans notre devoir en tant que structure d’éducation à l’environnement de fournir les informations nécessaires, d’accompagner les élèves, le public dans cette démarche. Ceci passera par un travail avec les acteurs du territoire : collectivités, écoles, établissements scolaires, structures d’accueil, etc.

A ce titre, nous avons rencontré Thomas Frey, instituteur de cycle 3 à l’école de Tal-ar-groas. Il a travaillé cette année, avec sa classe multi-niveaux, sur la même thématique du tri des déchets. A la suite d’une intervention dans sa classe, où nous avons échangé avec ces jeunes éco-citoyens et exposé notre problématique, nous avons décidé de créer un outil pour aider, informer les collégiens, lycéens à trier leurs déchets de pique-nique. Mais quel outil ? Quelle méthode ? Voici le défit pour cette classe de primaire ! Les rôles se retrouvent inversés, les petits expliquent aux plus grands. Ils avaient deux mois pour plancher sur la question.

De ce travail sont nés deux mobiles pendulaires. L’un représenté par un cercle bleu autour duquel sont accrochés les objets non recyclables (incinérables). L’autre représenté par un cercle jaune autour duquel gravitent des objets recyclables destinés au sac jaune de tri. Ces petites réalisations originales sont très explicites et les objets utilisés pour les mobiles sont propres au pique-nique. Il n’est pas possible de représenter tous les déchets qui peuvent être rencontrés mais à cet obstacle encore une fois ces embassadeurs du tri ont très bien su répondre ; en cas de doute mettre ces déchets dans la poubelle incinérable ! Ces pendules sont exposés dans une salle de la Maison des Minéraux, dédiée à l’accueil des groupes. Et d’un simple coup d’oeil... le déchet trouve sa place.

Un document explicatif

Pour communiquer plus largement, nous avons confectionné un dépliant, un support visuel, pour informer en amont les élèves sur la politique de tri mis en place. Ce document est disponible sur notre site internet. Les professeurs, les structures, souhaitant sensibiliser leurs élèves, leur public sont invités à le télécharger, le diffuser. Nous mettons à diposition les sources du document (Document OpenOffice, sous Licence Creative Commons by-sa) afin que toute personne puisse l’utiliser, le modifier, l’adapter à ses fins.

Voici donc exposée notre modeste réflexion sur le sujet. Souhaitons que cette initiative soit partagée par l’ensemble des acteurs. Pour un meilleur respect de notre environnement, de notre chère petite planète.

Partager le lien :